Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blogue Informatif de Massage Plus

Blogue Informatif de Massage Plus

Des livres, des produits, des articles et DVD sur la conscience, la santé. Books-Products-DVD's-Articles and Websites for Health & Consciousness Comment faire de l'argent avec l'Internet... How to succeed online.

Les compagnies de commercialisation par réseaux-Marketing relationnel

Les compagnies de commercialisation par réseaux

 

Les compagnies ordinaires n’ont qu’un seul objectif, à tout prix, elles ne cherchent que le profit au détriment de la Terre. En conséquence, elles n’ont aucune morale, ni sociale, ni écologique, comme celles qui font 100 millions $ de profit et ont des paradis fiscaux qui se chiffrent par milliards. En revanche, les compagnies qui commercialisent leurs produits au moyen d’un réseau de collaborateurs ont d’abord des préoccupations humanitaires et écologiques. Il existe actuellement un grand nombre de compagnies commerciales qui font des affaires par contact direct avec des gens. Il importe que toutes les populations développent une conscience collective pénétrante pour sauver la planète. Cependant, le développement d’une conscience collective dépend d’une modification psychologique et des habitudes de vie des gens, ce qui suppose un changement de mentalité. C’est pourquoi les Hommes de la Terre, les multinationales pollueuses et exploiteuses du tiers-monde doivent, le plus tôt possible, changer leur façon mercantile d’agir . Dans le monde, environ 37 000 multinationales possèdent le tiers de l’avoir privé de la planète. D’où un chiffre d’affaires de 5.5 trillions $ soit 5 millions de milliards $, malgré le fait qu’elles doivent tenir compte de 500 législations nationales ou d’États différents. Heureusement, de plus en plus de compagnies, un faible pourcentage, cependant, ont les préoccupations majeures suivantes: la santé et l’environnement. En ce qui concerne les compagnies qui fonctionnent par l’intermédiaire d’un réseau de collaborateurs, les exigences sont toutefois moins grandes. C’est pourquoi le marketing de réseaux, marketing social, est le moyen par excellence pour faire des affaires aujourd’hui. D’aucuns prétendent qu’il deviendra l’avenir de toutes les personnes désireuses d’atteindre l’indépendance financière. Cependant, leurs propriétaires doivent tenir compte, dans leurs politiques, des données écologiques et respecter l’environnement. Il est plus acceptable d’augmenter ses revenus en toute quiétude, lorsque les produits que l’on vend sont écologiques.

 

 

Actuellement, tous ceux et celles qui font du marketing, par l’intermédiaire d’un réseau de collaborateurs de réseaux, vendent des produits écologiques. Ils établissent un réseau de relation (parents, famille, amis, relations de travail ou contacts à froid) à temps partiel, selon leur convenance ou à temps plein, s’ils le désirent vraiment, lorsque leurs revenus triplent le salaire de leur emploi, pour ceux et celles qui en possèdent un. Les gens ordinaires, les professionnels et les personnes de tous les milieux et de toutes les nationalités y sont attirés, en raison du principe de levier de ce genre de commerce légitime. L’action régulière et constante, que ce soit dix ou vingt heures par semaine, est suffisante pour avoir des revenus intéressants à long terme, disons après six ou dix mois. Petit à petit, les affaires continuent à progresser, créant l’effet de boule de neige, car, dans le réseau, d’autres personnes sont déterminées à faire comme eux, pendant que d’autres (les consommateurs) recherchent toujours les produits et les services les moins chers. Il y a de la place pour tout le monde dans ce genre de commercialisation par réseaux. Tout dépend des rêves et des aspirations de ceux qui s’y adonnent.

Liberte Financiere

Voici ce qu’est le principe du levier

 

Ce principe, peut, si on le présente grossièrement, se résumer à dire que plus vous recrutez de personnes, qui acceptent de vendre votre produit à d’autres personnes qui acceptent, elles aussi, de procéder de la même façon, plus vous vous enrichissez.

 

Supposons, qu’à titre individuel, vous achetez jusqu’à 100 $ d’un produit par mois, ce qui semble, selon le produit, être bien peu d’argent, compte tenu du total des dépenses qu’un salarié à revenus moyen peut faire dans un mois. Il est certain que vous n’êtes pas seul dans cette situation.

 

C’est pourquoi, si un jour, vous décidez de vendre ce produit à ceux qui s’y intéressent autant que vous et qui acceptent, à leur tour, de recruter d’autres acheteurs éventuels, dans les mêmes conditions, vous aurez formé un réseau qui servira de levier pour vos affaires comme pour celles des personnes qui collaborent avec vous. Voici un exemple plus précis: Si vous recrutez six personnes qui, elles, recrutent, à leur tour, six autres personnes, qui recrutent six autres personnes, etc., au bout d’un an, vous aurez accumulé, à temps partiel, un revenu de près de 100 000 $ et vous superviserez un réseau de près de 1 000 collaborateurs qui vendront, chacun, jusqu’à 100 $ par mois. Voilà le principe du levier. C’est un principe basé sur l’entraide et la coopération que je désignerais comme de la collaboration altruiste.

 

La répartition des bénéfices

 

Si je vous demandais: <<Selon vous, qui participe aux bénéfices d’un commerce traditionnel?>> Vous me répondriez probablement sans hésitation: <<Le propriétaire du commerce.>> Or, dans le cas des produits de beauté, la réponse devrait être: le propriétaire de l’usine, le transporteur, le propriétaire de l’entrepôt et du magasin. En effet, les bénéfices sont souvent partagés avec quelqu’un d’autre, à savoir le propriétaire du bureau des ventes ou un agent exclusif des ventes qui s’occupe des débouchés pour un produit donné. Tous ces profits bruts sont la première composante du prix de vente d’une crème, d’un rouge à lèvres ou d’une savonnette achetés en magasin. La seconde composante est le coût de distribution des produits. Celui-ci comprend les frais d’entreposage, le salaire des employés, le loyer, la dépréciation, les articles invendus, le vol, avec en tête de liste, le coût de la publicité. Ces deux composantes, c’est ce qu’on appelle les frais généraux.

 

Si le responsable d’un commerce élimine la majorité des liens de la chaîne de distribution, il réduit ses coûts au minimum. C’est ce qui se produit avec le marketing par réseaux. Il est évidemment impossible d’éliminer tous les coûts. On ne peut se passer ni du transport, ni de l’entreposage dans différents centres de distribution régionaux, ni d’un minimum de frais d’administration. Toutefois, en éliminant les intermédiaires, les propriétaires de ces commerces vont économiser environ 60% à 70% du prix de vente du produit. Les distributeurs prennent sous leur responsabilité d’acheter et de faire la démonstration des produits, d’en faire la publicité, de vendre et de recruter d’autres distributeurs dans le réseau qu’ils ont créé. C’est ainsi qu’ils participent à faire économiser de l’argent conformément aux règlements établis par la société.

Joignez-Vous A Nous

Une partie des bénéfices du distributeur est incluse dans le prix des produits qu’il achète de cette entreprise. Ce prix est inférieur de 20% à 30% du prix de vente proposé. Donc, une des composantes de son revenu est l’épargne (lorsqu’il achète le produit pour son usage personnel) ou le profit de la revente. Chez Morinda le % de revenus est de 53%, le plus haut de toute l`industrie.

 

La deuxième composante du bénéfice du distributeur, et peut-être la plus importante, est la prime sur le chiffre d’affaires dans chaque réseau sous forme de bonis mensuel et annuel, autos et voyages. Cette prime se calcule non seulement sur son propre chiffre d’affaires, mais aussi sur celui du réseau qu’il a créé. Ce réseau est formé d’autres distributeurs, qui fonctionnent selon le même code légal de déontologie et qui sont partenaires entre eux.

 

Chaque distributeur représente un commerce indépendant et autonome. Dans le marketing de réseaux, il n’y a ni surveillant, ni employé, ni gérant pour vous encadrer. Vous êtes votre propre patron. Chaque membre du réseau bénéficie des mêmes avantages: un siège social avec ses produits, son plan de marketing, son système de soutien, d’éducation et de sécurité. Les membres commencent tous au même niveau. Ce qui ne requiert ni investissement, ni expérience, ni connaissances particulières. Chacun a donc les mêmes chances de gagner autant d’argent qu’il en est capable. Les revenus générés par le marketing de réseaux (MMN*) sont sans limites, tout autant que le territoire ou les heures de travail. Ce sont les distributeurs eux-mêmes qui établissent leurs limites. En plus des deux sources de revenus mentionnées pour les distributeurs, il existe d’autres primes et récompenses. Chaque société les établit à l’intérieur de son système particulier.**

**(Janusz Szajna, “Le marketing de réseaux”, un mode de vie, éditions Un monde différent, 1998, 168p.)

 

 

L’entreprise idéale

 

Une entreprise commerciale de réseaux est l’entreprise idéale parce qu’elle permet de s’enrichir, petit à petit, sans trop se préoccuper de certaines tâches majeures qui sont la responsabilité du siège social. C’est simple comme bonjour, mais simple n’a jamais été synonyme de facile. Toutefois, à bien y penser, les choses faciles ont-elles vraiment de la valeur? Non! N’est-ce pas?

 

D’abord, il faut s’entendre sur la définition du commerce idéal. Voici les onze critères que j’utiliserai pour définir clairement ce genre de commerce. Vous pourrez vous servir de cette liste pour évaluer votre profession ou l’entreprise dans laquelle vous travaillez actuellement. Vous pourrez l’utiliser comme base de référence pour comparer deux genres de commerce.

1. L’entreprise idéale dessert non seulement son quartier, sa ville, mais le monde entier. En d’autres termes, elle dispose d’un marché énorme. Morinda peut se construire avec seulement l`Internet, si c`est votre choix, et vous donne une porte ouverte de plus de 75 pays.

2. Le produit de l’entreprise idéale jouit d’une demande constante, car il répond à un besoin quotidien et nécessaire et se vend, peu importe le prix.

3. L`entreprise idéale exige une main d’oeuvre réduite au minimum.

4. L’entreprise idéale vend un produit qui répond à un besoin continu. Il ne s’agit donc pas d’un produit suscitant un engouement passager, pour lequel il existe des substituts ou duquel nous pouvons même nous passer.

5. L’entreprise idéale compte très peu de frais généraux: ses besoins en immeubles, en électricité, en publicité ou en frais juridiques sont limités.

6. L’entreprise idéale fabrique un produit difficile à imiter ou à reproduire. Le produit est original (comme une publication); il exige un savoir-faire bien particulier. Aussi, il est protégé en vertu des droits d’auteur, d’un brevet ou d’une garantie sans condition.

7. L’entreprise idéale ne paralyse pas votre capital dans des biens d’équipement exagérés.

8. L’entreprise idéale transige au comptant: ses fonds ne sont pas immobilisés en raison de longs délais de crédit.

9. L’entreprise idéale est à peu près exempte de toute forme de réglementation gouvernementale ou autre.

10. L’entreprise idéale peut facilement être implantée un peu partout.

11. L’entreprise idéale est celle dans laquelle on déploie toute son énergie intellectuelle (et souvent même émotive).* Voici deux faits que l’on rencontre souvent. D’abord, expliquer l’entreprise idéale à un être borné sans but dans la vie, sans rêve à réaliser, parce qu’il peut être répulsif à toute idée nouvelle. Ensuite, intéresser quelqu’un à la possibilité d’atteindre ses objectifs dans la vie, (payer ses dettes de carte de crédit, paiement d’auto, paiement d’hypothèque, quitter son emploi) et de s’émerveiller des résultats surprenants et constructifs de certains bâtisseurs d’entreprises de votre réseau. Il y a de la place pour tous.

*(André Blanchard “Votre liberté financière”, grâce au marketing par réseaux, éditions Un monde différent, 1996, 135p.).

 

Comment s’enrichir rapidement!

 

Selon monsieur Szajna, voici comment on peut gagner 75,000$ par an, en ne travaillant que trois à quatre heures par semaine. Plusieurs distributeurs de réseaux gagnent plus de 75,000$ par mois ou par semaine. Et ce n’est pas en travaillant trois à quatre heures par semaine qu’ils en sont arrivés là. Une personne qui vous promettrait un tel revenu, simplement en s’inscrivant dans ce commerce et en y jetant un coup d’oeil de temps en temps, n’est certainement pas digne de confiance. Le marketing de réseaux est un vrai commerce, et vous devez travailler pour le faire progresser. Plusieurs années d’efforts sérieux dans le développement de votre réseau vous donneront les résultats décrits plus haut. C’est impensable au début. Un distributeur, qui investit peu de temps dans son affaire, récolte peu également.

 

On nous annonce que 50% à 65% des biens et services seront bientôt distribués par des compagnies de commercialisation par réseaux en ce XXIe siècle. Alors joignez-vous à une entreprise de réseaux, la mienne ou celle d’un autre, et restez-y fidèle. C’est le meilleur moyen d’augmenter vos revenus et de créer de l’emploi dans votre région, votre pays, parce que tous ceux et celles qui font partie de votre réseau sont des travailleurs autonomes. À ce titre, ils bénéficient de crédits d’impôts comme toute entreprise. Vous pouvez même envisager la mondialisation de votre réseau écologique Morinda dans plus de 75 pays, avec le site suivant: www.morinda.com/4374515 .

Une Opportunite Extraordinaire Offerte a Tous!

Pourquoi s’engager?

 

Il faut penser et agir écologiquement. Il faut penser “vert”.

Puisqu’on ne peut plus se fier uniquement à nos gouvernements pour créer de l’emploi, nous devons savoir comment faire. À ce sujet, il existe une abondance de renseignements dans les bibliothèques. Ne faites pas que rêver à votre entreprise, fondez-la. Ne laissez pas le hasard décider comme s’il s’agissait d’une loterie. Dans les jeux de hasard, on a une chance sur 55 millions de remporter le gros lot. C’est insensé. Pourquoi le gouvernement place-t-il les machines à sous dans des quartiers défavorisés? C’est parce que ce sont les pauvres des quartiers défavorisés qui sont les plus intéressés à jouer à ces jeux. C’est aussi, parce qu’ils espèrent améliorer leurs sorts, mais ils deviennent des joueurs pathologiques. Ils mordent donc facilement à l’hameçon du jeu. Les personnes âgées ne font pas exception à cet engouement pour ces machines à sous. En effet, pour se sortir de la misère, des machines à sous sont pour eux un moyen facile et efficace. Malheureusement, ils se leurrent et deviennent rapidement des joueurs compulsifs et maladifs. La solution rationnelle est la commercialisation par réseaux! Le marketing de réseaux est une solution financière moderne et facilement réalisable à qui s’en donne la peine. Grande sera votre joie, et vous éprouverez beaucoup de satisfaction, j’en suis convaincu, si vous en y jetez les bases. Les célibataires comme les familles monoparentales ou reconstituées, toujours en nombre croissant, sont très souvent attirés par cette forme d’entreprise, principalement pour arrondir les fins de mois, et surtout parce qu’elles permettent de recevoir des revenus supplémentaires. Ce qui est sécurisant. D’autres s’y intéressent pour acquérir plus de temps libre avec la famille et pour profiter plus de la vie et de leur liberté.

 

 

  1. faites en sorte que votre future entreprise soit écologique. La Terre est vie, et elle réagit aux affronts qui lui sont faits par des cataclysmes naturels tels que les ouragans, les tornades, les inondations, les éruptions volcaniques, ainsi que les tremblements de terre. Elle se remet en équilibre de cette façon, par le magma souterrain: Pensez aux événements récents en Asie du Sud-Est. Nous sommes à la merci des éléments. Par nos gestes quotidiens, nous participons tous, non sans moyens d’action positifs, à l’équilibre de l’écologie mondiale. C’est un fait que l’appât du gain semble le plus répandu sur la planète. Réussir et devenir de plus en plus riche est le modus operandi d’une poignée d’individus issus de pays riches, qui profitent du système de la libre entreprise. Une bonne majorité de capitalistes ne tiennent pas compte de l’impact qu’ils ont sur l’environnement. Ils s’en moquent royalement. Ils disent: <<Attention! Nous travaillons dur pour atteindre le succès,>> rétorquent-ils, si vous leur en faites la remarque. Oui, mais leurs enfants subiront les conséquences d’une détériorisation de l’environnement. Quel en sera le prix? Ce sera l’augmentation des maladies, des virus, et la mort à brève échéance pour bien des gens. Les gens irresponsables en ce domaine doivent être sévèrement punis par les gouvernements. En effet, c’est aux politiciens que revient la tâche de réprimander ces actions, par des lois et des compensations financières plus élevées. Qui sait? La prison servira, peut-être, comme cela a quelques fois été le cas, à assurer l’harmonie des écosystèmes! Les compagnies polluantes devraient être responsables et réparer leurs dégâts. Évidemment, quelques multinationales manifestent un certain intérêt écologique. ceux qui envisagent de fonder une entreprise, fonctionnant par réseaux, doivent constamment avoir à l’esprit que l’utilisation constante de l’automobile pollue l’environnement. Il faut penser <<vert>>. Maintenant tout peut se faire par l’intermédiaire du réseau Internet. L’implication de chacun, la persévérance dans l’action et l’honnêteté sont les trois clés du succès de toute entreprise personnelle ou d’équipe. Vouloir, c’est pouvoir! Pour réussir, il faut se motiver. Au lieu de s’en laver les mains, évoluons. Trouvons chacun, à la maison, au travail des moyens de ne pas polluer. Agissons écologiquement, je ne le dirai jamais assez: L’écologie commence à la maison!

 

Lorsqu’on réfléchit à la continuité de la vie, on se demande si l’espèce humaine n’est pas rendue dans un cul-de-sac, du fait de la détériorisation de l’environnement. L’humanité serait-elle rendue à la limite de ce qui est permis? Je ne le crois pas. Il y a encore de l’espoir! Mais, pour combien d’années encore? Selon Hubert Reeves, astrophysicien, << il y a urgence d’agir, car beaucoup de méfaits sont d’ores et déjà irréparables.>>

 

Cet article pertinent que vous lisez ne contient pas de fallacieuses balivernes. C’est un guide essentiel, car que vous le lisiez en pleine période de récession économique ou en un moment de forte croissance, il vous suggère des façons d’agir susceptibles de piquer votre curiosité intellectuelle et votre intérêt pour les affaires, tout en respectant des valeurs essentielles à la survie de l’humanité. C’est pourquoi nous nous devons d’acheter, de manière à sauvegarder l’environnement. Par exemple, que vous vous procuriez vos produits d’entretien domestique ou industriel sur les tablettes d’un magasin traditionnel ou par l’intermédiaire du réseau Internet, chez une entreprise de commercialisation par réseaux, les produits <<tensio-actifs>> biodégradables devraient avoir votre préférence, pour notre écologie.

 

Idéalement, pour favoriser l’économie, les gouvernements devraient être stables et devraient adopter des politiques favorables à l’environnement et justes pour tous. De cette façon, les investisseurs locaux et étrangers seraient rassurés et pourraient espérer tirer profit de leurs investissements, tout en étant obligés de respecter le milieu de vie des gens. Toute création d’entreprise crée des emplois et profite aussi aux citoyens concernés. Ceci ferait en sorte qu’une majorité de la population travailleuse participerait à améliorer l’économie.

Aujourd’hui, selon les statistiques, les riches deviennent plus riches et les pauvres deviennent plus pauvres. Et que font les gouvernements? Ils adoptent des politiques qui diminuent le nombre de personnes de la classe moyenne (revenus entre 50 000 $ et 100 000 $ par année). En conséquence, la qualité de vie de la classe moyenne est diminuée et sa liberté, quant à elle, s’en trouve restreinte. Il faut que les gouvernements prévoient que les riches, petit à petit, prendront leurs responsabilités écologiques et seront respectueux de l’être humain, partout où ils décident d’investir. Pour certaines personnes, peut-être pour des millions de gens à travers le monde, le marketing de réseaux ‘’network marketing’’ est la solution. Mais attention! Il ne faut pas se leurrer. Si vous avez de l’argent, vous pouvez faire de l’argent, c’est bien connu. Cependant, pour réussir, il faut agir. Autrement dit, vous avez toujours une possibilité de vous en sortir, même en ayant un faible revenu. Le statu quo n’a aucun avenir. C’est la stagnation. La coopération et l’affiliation et la collaboration altruiste sont des forces qui engendrent la prospérité. D’ailleurs, ce type de marketing est basé sur ce principe, d’où sa popularité internationale grandissante. En effet, il favorise toutes les classes de la société moderne dans plus de 70 pays et territoires. Au fond, vous réussirez dans la mesure où vous aiderez les gens à réussir autour de vous. Construisez une équipe de gagnants. Faites de l’argent, en faisant faire de l’argent à ceux qui font partie de votre réseau. Parce que de plus en plus de gens appliquent ce principe honnête, nous pouvons espérer que le nombre de personnes appartenant à la classe moyenne augmentera.

 

Après trente années de débats juridiques, les gouvernements, qui prônent la liberté individuelle, ont légalisé le marketing par réseaux. Et avec raison! Bien sûr, selon Richard Wright, professeur en finances et en commerce international de l’université McGill de Montréal, il soutient que le marketing de réseaux prend de plus en plus de place. Selon lui, <<les individus et les entreprises dans le monde verront l’utilité de ce type de marketing, s’ils veulent non seulement réussir en affaires, mais simplement survivre. C’est le concept des années futures.>>

 

Les propos qui précèdent me rappellent une réalité qui n’a pas changé: les riches s’enrichissent aux dépens des pauvres. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, sauf l’extraordinaire marketing de réseaux. En effet, dans ce genre de commerce, chaque entrepreneur est récompensé par ses efforts. Attention! Ce type de commerce n’est pas pyramidal, car chacun peut obtenir des revenus supérieurs à ceux des personnes en amont de lui. C’est ce qui rend la chose légitime et formidable. L’expérience de l’auteur l’aura convaincu de la véracité du proverbe: <<L’Homme récolte ce qu’il a semé>>. C’est vrai autant pour la santé que pour les affaires. En effet, selon ses premières actions, tout nouveau commerçant provoquera une pollution des milieux sains ou maintiendra l’équilibre des écosystèmes. De la même manière, il s’endettera graduellement et fera faillite ou encore accumulera des succès commerciaux. Dans la vie, on peut devenir malade à cause de l’hérédité. On peut le devenir aussi, en adoptant de mauvaises habitudes de vie. Il en est de même en affaires. On peut avoir des dispositions naturelles pour réussir, mais on peut, à l’opposé, n’avoir aucune de ces qualités, et échouer par conséquant. Toutefois, lorsque quelqu’un est doué pour les affaires, il peut échouer en prenant de mauvaises habitudes administratives. Bien sûr, les bonnes habitudes doivent se prendre très tôt dans la vie, si on désire vivre en santé et percer comme Pierre Péladeau. Toutefois, soyez assurés, que, peu importe votre âge, il n’est jamais trop tard pour commencer à bien agir.

Gilles Morand Consultant chez Morinda International

Idéalement, lorsqu’un pays est prospère, il est sécurisant pour quelqu’un de fonder une entreprise. Toutefois, lorsqu’un pays connaît des perturbations politiques, et surtout militaires, cela fait perdre confiance aux investisseurs. Malgré cela, ceux qui décident de fonder une entreprise commerciale par réseaux sont assurés, en principe,de franchir les obstacles qui se présentent, plus facilement. En effet, le principe même d’un tel commerce fait que tout fondateur d’entreprise de ce genre n’agit pas seul. Il est soutenu par tous ceux et celles qui font partie de son réseau et qui ont aussi à coeur la réussite de leur entreprise. L’union fait la force.

 

Prévoir est aujourd’hui un besoin vital pour l’humanité. Sans cette précision, nous n’aurions guère de chance de nous prémunir contre les aléas de l’avenir, cela va de soi. Gouverner c’est prévoir. Or, les gouvernements et les grandes industries ne peuvent plus se passer, à l’heure actuelle, des services des futurologues. À savoir les conséquences qui prédisent l’action de l’Homme sur son environnement. Les gouvernements doivent prévoir aujourd’hui pour demain. Les grandes entreprises, également, doivent programmer leurs investissements des dizaines d’années à l’avance. C’est le cas de tout individu qui veut s’assurer de réussir. Il doit penser, non seulement à sa personne, son moi, mais à sa famille. Il doit penser à sa réussite financière. Il doit évoluer dans tous les domaines pour être prêt à tout changement éventuel. Il doit se préparer en s’assurant de participer, le moment voulu, à la compétition inévitable, dans le monde des affaires. Pour y parvenir, la solution abordable et équitable, est la commercialisation par réseaux. Pourquoi ne pas y adhérer?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article