Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GAÏA Info Plus…

GAÏA Info Plus…

Livres, films, articles sur la nature et la santé. Books, Movies and Articles on Nature and Health. Saving The PLanet One Household at a Time/Sauvons la Terre un Foyer à la Fois!


Le symbole maya du papillon galactique

Publié par Massage Plus sur 23 Janvier 2015, 18:26pm

Catégories : #Conscience plus, #massageplus, #merkaba merkabah merkavah evolution livre amour coeur ascension 2012-2017 eveil colectif nouveau monde naissance nouvelle nouvelle humanite drogues spirituelles lsd m, #MASSAGE, #merkaba merkabah ascension evolution sexe lumiere, #merkaba saint-germain lumiere pyramide ascension 2012 2017, #merkabah ame tradition vaisseau ascension, #mayas incas, #maya inca azteque, #massage nu tantra sexe sacre ascension

 

Ce symbole est appelé Hunab Ku ou Papillon Galactique dans la mythologie Maya ; il est dit qu’il représente toute la Conscience ayant jamais existé dans cette galaxie. Il englobe la totalité de nos ancêtres sur le plan physique, les humains, les animaux, les reptiles, les poissons, les crustacés et également les plantes en tant que conscience qui organise toute matière à l’état brut à partir d’un disque tournoyant dans les étoiles, les planètes et les systèmes solaires. Ceci possède une grande signification. Si grande que les Mayas d’origine ne possédaient aucun symbole pour cela. Dans leur civilisation il n’y avait pas de nom pour « Dieu ». La connaissance du concept était suffisante.

Les anciens Mayas, qui étaient de grands mathématiciens et de grands astronomes s’intéressèrent, à ce qui se trouvait au centre de notre galaxie. Les Mayas savaient exac­tement où se trouvait le centre de notre galaxie sur la carte du ciel. Ils l’appelaient « le papillon galactique ». Ils croyaient que le destin final de l’humanité dépen­dait de ce qui se passait à cet endroit.
Le papillon galactique était le dieu suprême Maya et le Créateur. Il représentait le portail vers d’autres galaxies et symbolisait la Conscience Universelle. Il était la matrice qui, sous la forme d’un disque tourbillonnant, donnait naissance aux étoiles et aux planètes ainsi que le chef d’orchestre du ballet intergalactique des planètes, des étoiles et des galaxies. Les Mayas pensaient qu’il dirigeait ce ballet depuis le centre par l’intermédiaire d’émissions d' »énergie consciente ».


De nos jours, les astronomes modernes ont pu vérifier que le centre de notre galaxie est un disque tourbillonnant dont le cen­tre est un trou noir qui avale et donne perpétuellement naissance aux étoiles.

Plus tard les tisserands Toltèques ou Zapotèques conçurent ce schéma comme modèles pour leur couvertures et c’est ainsi que José Arguellles a rencontré ce symbole. Il l’a appelé Hunab Ku. Les autochtones l’appellent « Le Papillon Galactique ». Les papillons sont vus comme les ancêtres revenant visiter le plan physique. Le fait de porter l’un de ces symboles est très puissant car son émanation active notre réunion avec la Conscience de notre galaxie.

Les Mayas voyaient le temps de manière circulaire. Chaque chose avait un début et une fin, mais il y avait toujours un début après une fin. Tout phénomène s’inscrivait dans un mouvement périodi­que et le très précis calendrier Maya se basait aussi sur cette vision du temps. Ils pensaient que le temps était également issu du papillon galactique et que celui-ci le contrôlait.

En Mars de cette année, Scott Hyman, professeur d’astrophysique au Sweet Briar College fit une déclaration stupéfiante. Il déclara dans le jour­nal scientifique Nature que ses collègues et lui avaient détecté un phénomène extraordinaire au centre de notre galaxie.
 

En 2002, durant l’analyse de photos d’ondes radios basses fréquences prises par le télescope Very Large Array, un radiotélescope géant de Socorro au Nouveau-Mexique, ils avaient détecté un signal intermittent qui semblait intel­ligemment dirigé.
 
Le signal se composait de cinq émissions énergétiques de haute intensité et de même amplitude, chacune d’entre elles durant 10 minutes et appa­raissant à un intervalle de 77 minutes, le tout sur une période de 7 heures, dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2002. Cette découverte laissa perplexe le Professeur Scott Hyman ainsi que la majo­rité de la communauté astronomique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents