Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blogue Informatif

Blogue Informatif

Des livres, des produits, des articles et DVD sur la conscience, la santé. Books-Products-DVD's-Articles and Websites for Health & Consciousness Comment faire de l'argent avec l'Internet... How to succeed online.

La bioénergie pour tous

La bioénergie pour tous

Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre que n’en rêve votre philosophie.
Shakespeare

Qu’est-ce que la bioénergie ?
D’où provient la bioénergie de notre corps ?
Comment se protéger des vampires d’énergie ?
Comment savoir si une discussion a provoqué ou non un “ dommage énergétique ” ?
Méthodes de protection d’énergie

Le traitement par la bioénergie n’est pas une mode de ces dernières années. Cette thérapie a, d’une manière ou d’une autre, toujours existé.
La partie organique de la pensée bioénergétique est le yoga. Le yoga est apparu en Inde 1-3 mille ans avant J.C., pour arriver ensuite jusqu’en Égypte, en Grèce, en Assyrie, en Judée et en Chine. À l’époque, ce dernier pays connaissait déjà les modalités d’effet de l’acuponcture sur l’énergie biologique.
Le “ magnétisme thérapeutique ” était également connu en Europe, procédé que le grand Messmer employait avec une grande maîtrise. Les guérisseurs et médecins du “ zemstvo ” avaient eux aussi recours à cette méthode de superposition des mains.
Pour ceux qui ont une pensée matérialiste, l’influence bioénergétique est synonyme de charlatanisme. Particulièrement dans le cercle des médecins conventionnels où cet avis est fréquent. Réfléchissons un peu : une personne gesticulant par-dessus la tête d’une autre affirme qu’en faisant cela elle la soignera de son ulcère à l’estomac. N’est-ce pas du chamanisme ? Nombre de médecins pensent qu’il faudrait interdire ce genre de choses, quant aux “ charlatans ”, on devrait les mettre en procès.
Mais il se trouve que les soins bioénergétiques (bioénergie) ne font pas partie de l’obédience de la logique. La bioénergie opère avec des idées et une légitimité tout à fait différentes, et en plus de résister aux attaques de la médecine conventionnelle, elle évolue de manière efficace.
Je suis moi-même un médecin qui, à l’époque, faisait partie d’une formation de pensée matérialiste. Ceci étant, si j’ose affirmer que la bioénergie est un mode thérapeutique étonnant, souvent stupéfiant, parfois même incroyable, il reste qu’elle apporte de véritables résultats dans des cas pour lesquels d’autres méthodes sont sans effet.


Qu’est-ce que la bioénergie ?

Même les “ académiciens ” et les “ matérialistes ” pourraient être convaincus de son existence.
Chacun est capable de ressentir la chaleur que dégage le corps d’une autre personne ou celui d’un animal, c’est-à-dire ressentir le spectre infrarouge du champ biologique. La médecine conventionnelle mesure ce spectre sous la forme de “ diagnostic thermique ”, tandis qu’un spécialiste en médecine parallèle le ressent avec ses mains.
L’enregistrement des phénomènes électriques corporels se lit sous la forme d’un électrocardiogramme (représentant l’activité électrique du cœur) et d’un électroencéphalogramme (représentant l’activité électrique du cerveau). S’il y a un courant électrique, il y a donc aussi un champ magnétique, dont l’un des éléments constitutifs est l’aura. Toutefois, ce champ magnétique est tellement faible que les appareils médicaux ne peuvent le détecter.

D’où provient la bioénergie de notre corps ?

7. Le sahasrara : à travers lui se crée la relation de l’homme avec l’énergie cosmique. Il est le centre de la spiritualité et de la connaissance.

6. L’ajna – le “ troisième œil ” – est le centre de la conscience tranquille, de l’intuition, du bonheur.

5. Le vishudda répond du fonctionnement de la parole, des organes respiratoires ainsi que de la tyroïde.

4. L’anahata, le chakra du “ cœur ” est le centre des sentiments, du pardon, de l’excuse, de la compréhension, de l’empathie. On dit qu’une personne est “ sans cœur ” ou “ a bon cœur ” si son anahata est respectivement faible ou fort. Il se situe au niveau du cœur, des poumons et des bronches ; il est également le centre de la régulation immunitaire.

3. Le manipura – “ plexus solaire ” – entoure le nombril, un feu intérieur chargé de la digestion. Pour ne pas qu’il s’éteigne, il faut s’abstenir après manger de boire de l’eau froide. Les organes suivants de la cavité abdominale y sont reliés : l’intestin grêle et le côlon, l’estomac, le duodénum, le foie, la vésicule biliaire, le pancréas, les reins, les glandes surrénales.

2. Le svadisthana est le centre de l’énergie physique, sexuelle et créative, et se situe entre le pubis et le nombril. Il contient les informations de l’enfance tout comme les informations négatives : la colère, la fureur, les passions, la haine, la cruauté, l’orgueil, le doute, la jalousie, la stupidité, la paresse. Il comprend aussi les problèmes quotidiens, ce pourquoi on l’appelle parfois le “ chakra le plus malade de notre époque ”. C’est là que les maladies psychosomatiques ainsi que les spasmes et la dépression trouvent leur origine. Mais il est également le centre maternel. À ce chakra sont reliés l’utérus, la prostate, l’érection et la spermatogenèse.

1. À travers le mulhadara se crée la relation entre l’énergie humaine et terrestre. C’est là que se trouve l’énergie originelle reçue des parents, la matrice femelle de l’individu. Bonne ou mauvaise, nous la recevons telle quelle. Le bioénergéticien ne peut la modifier car c’est une chose déterminée par notre vie antérieure. Le but de la thérapie est de chasser toutes les “ impuretés ” qui sont étrangères à notre énergie originelle, afin de recouvrer la matrice femelle. Ce chakra renferme le passé, tout ce qui s’est déroulé avant la naissance dans les incarnations précédentes. Hormis les organes se trouvant en relation directe avec lui – partie inférieure des intestins, organes sexuels – il contient l’énergie du système osseux, des dents, des ongles et du sang.

Les chakras sont des concepts n’appartenant ni à l’anatomie ni à la physiologie. Aucun appareil médical n’est encore apte à démontrer leur existence. Mais cela ne signifie absolument pas qu’ils soient inexistants.
En plus d’être des batteries d’énergie, les chakras sont aussi des radars (récepteurs d’ondes énergétiques). Par exemple, le chakra moulhadara possède trois pétales, chacune recevant différentes ondes énergétiques. (L’interaction des trois pétales engendre un quatrième pétale, laquelle intègre les trois premières, donnant au chakra moulhadara la forme d’un lotus à quatre pétales.)

Les chakras puisent non seulement l’énergie des êtres vivants, mais également celle des objets inanimés, tels que les peintures, les œuvres musicales, les villes, les pays. Nous possédons tous des objets préférés que nous ne répertorions pas dans la catégorie “ bon – mauvais ”, “ ça me plaît – ça ne me plaît pas ”, mais pour lequel nous ressentons étrangement un lien particulier. Cela signifie que nous sommes en résonance avec ces objets. L’énergétique des objets n’est rien d’autre que la perception que nous en avons. L’énergétique d’une ville ou d’un pays est le sentiment spécifique qu’une personne ressent lorsqu’elle s’y trouve.
On dit que chaque ville possède son propre visage. Sous-entendu par exemple un style architectural donné. Ceci étant, l’énergétique d’une ville est plus que cela : elle est constituée de l’ensemble de l’énergie des maisons, des gens, des arbres, etc. Il n’est absolument pas forcé que l’énergétique d’une ville suscite des vibrations chez chacun de ses citoyens ou de ses visiteurs. Par exemple de toutes les villes dans lesquelles je me suis trouvé, seules San Fransisco et Prague ont provoqué en moi une résonance particulièrement favorable. Cependant, mes chakras n’ont réagi d’aucune manière dans des villes aussi belles que Leipzig, Los Angeles ou Zurich. Pour moi, certains pays disposent d’une énergétique encore plus exceptionnelle. Et ceci pas uniquement à cause de la langue, des habitudes et des coutumes.
Nous pourrions continuer encore longtemps d’écrire sur la perception des chakras, mais ce serait sans fin. La perception est la transmission sans mot dire d’une information (ou si vous préférez de l’énergie) que nous même ne pouvons retranscrire qu’à l’aide d’un instrument oral, de mots. Dans son ouvrage intitulé “ La vie après la vie ”, Raymond Moody écrit que les personnes qui se sont trouvées en état de mort clinique percevaient leur environnement de manière claire et nette. Pour cette perception, ils n’avaient aucun besoin de parler puisque sans cela ils comprenaient tout. Dans une certaine mesure – selon leur considération – nous utilisons tout au long de notre vie la transmission d’information télépathique. Cette transmission peut se produire dans le cadre de cette perception particulière, notamment par le biais de l’énergétique de ce phénomène précis.
Qu’est-ce que la musique ? C’est un ensemble de sons à variation et durée différentes. Si nous écoutons une seconde le son d’une clarinette, il n’est pas certain de pouvoir le différencier d’une seconde de grincement de porte. Si l’on inverse deux notes d’un air connu, cela ne ressemble plus à rien. Pourquoi ? Parce que la combinaison des notes ne se résume pas aux sons, mais aussi à l’énergétique. Les différentes combinaisons des sept notes musicales de base peuvent provoquer une harmonie ou une dysharmonie dans les chakras. En écoutant de la musique, les gens ne réagissent pas à “ l’ensemble de sons à variation et durée différentes ”, mais à l’énergétique de la musique. Roman Kofman, le célèbre chef d’orchestre de Kiev, a déclaré ceci : “ Cela fait quarante ans que je suis dans la musique. J’ai été artiste-interprète, je me suis occupé d’orchestration, j’ai écrit des œuvres musicales. Mais la musique, je ne la comprends pas, je la ressens. ”
Tout ce que nous classons dans la catégorie “ ça me plaît – ça ne me plaît pas ” n’est pas une évaluation logique, mais énergétique. Si nos yeux se posent au hasard sur des personnes dans la rue, certaines nous semblent sympathiques, d’autres antipathiques, et encore d’autres indifférentes. Pourquoi donc ? De fait, nous ne les connaissons pas. La réponse est qu’avec certains êtres humains ou objets, nous avons une résonance favorable, avec d’autres, défavorables, et avec d’autres encore nous n’établissons aucune résonance. Lorsqu’un vêtement ne plaît pas à une femme, cela ne signifie pas qu’il n’est pas beau mais seulement qu’aucune résonance favorable ne se crée dans ses chakras en rapport avec ce vêtement.
Toutes les choses que nous connaissons ont leur propre énergétique. Si nous apprenons à percevoir notre environnement selon des catégories énergétiques, nous serions capables d’avoir une vision bien plus raffinée du monde. Essayez d’apprendre, vous aussi ! Vous vous apercevrez de beaucoup plus de choses dans le monde qui vous entoure.

Voici à présent quelques ficelles très faciles à apprendre, même pour ceux qui n’avaient jusqu’ici aucune idée de ce que signifiait la bioénergie humaine :

Recharge en énergie : marchez pieds nus sur le sol. Remplissez-vous de l’énergie de la terre, puisez la force qui est en elle. Levez les bras vers le haut. Imaginez que vous portez un immense cadeau sans poids – l’énergie cosmique. Remplissez complètement vos poumons d’air frais. L’air n’est pas du vide, c’est aussi de l’énergie. Si vous effectuez cet exercice régulièrement, vous acquerrez une énorme recharge en énergie et oublierez votre fatigue.

La purification des chakras : pendant une promenade dans un parc ou ailleurs, où il y a peu de circulation et de passants, commencez par faire l’exercice suivant : faites trois pas en inspirant une fois, deux pas en contenant l’air, puis trois pas en expirant, et enfin deux pas en cessant de respirer. (Si ce rythme ne vous convient pas, modifiez-le selon votre convenance.) Très rapidement, cela se fera automatiquement.
Par la suite, continuez sur le rythme que vous avez déjà pris : lors de l’inspiration portez votre attention sur le ciel (le Cosmos), pendant l’expiration envoyez mentalement l’énergie cosmique dans le chakra le plus haut, le sahasrara, situé sur le haut de la tête. À la nouvelle inspiration, regardez à nouveau vers le haut, puis au moment d’expirer envoyez l’énergie dans l’adjana, c’est-à-dire le chakra suivant. Continuez ainsi jusqu’à ce que vous ayez fait cet exercice avec tous les chakras. Après être arrivé au chakra le plus bas, reprenez tout dans le sens inverse, mais cette fois-ci en envoyant l’énergie de la Terre et non pas du Cosmos dans tous vos chakras.

Pranaser l’eau : afin de pouvoir remplir l’eau de prana, énergie de l’air, vous devez à quelques reprises la verser et la reverser dans deux récipients. Cette eau a des effets curatifs sur n’importe quelle maladie.

Je vous parlerai de l’auto-guérison par l’énergie et de sa relation avec l’exercice physique seulement après m’être assuré que vous n’avez plus peur des vampires suceurs d’énergie.

Comment se protéger des vampires d’énergie ?

Avant de passer aux méthodes de protection d’énergie, essayons d’abord de savoir ce qu’est le vampirisme.
Le vampirisme d’énergie correspond au fait qu’une personne “ suce ” l’énergie d’une autre. Généralement, l’évocation de ce mot nous renvoie l’image d’un “ vampire assoiffé de sang ” aux longues dents et au regard fou. En réalité, le vampire peut ressembler à tout, sauf à cela. Pour se figurer de quoi à l’air un vampire d’énergie, regardons-nous simplement dans la glace. Autrement dit, nous sommes tous des vampires dans une plus ou moindre mesure.
Nous avons tous besoin de “ sucer ” un peu d’énergie d’autres personnes, d’animaux ou encore de plantes. Ceci est un processus quotidien tout à fait normal. Si cette “ succion ” ne gêne pas les autres, il se produit en principe un échange d’énergie naturel – le “ suceur ” ne se contente pas de soustraire de l’énergie à l’autre, il donne également une partie de la sienne en échange.
Comment phénomène se produit-il ? Le contact humain est moins un échange d’information qu’un échange d’énergie. Parfois au cours d’une discussion, aucun échange d’information n’a lieu. Avez-vous déjà vécu cette situation où après avoir longuement parlé avec de bons amis toute une soirée, le lendemain vous étiez incapable de vous rappeler quel était le sujet de la conversation, bien que cette rencontre vous ait laissé des souvenirs agréables ? Ou à l’inverse, que les souvenirs aient été désagréables, sans pour autant que la soirée ait été désastreuse ?
Les conversations entre parents et enfants, amis, collègues, l’échange de courrier (non officiel), les conversations téléphoniques et beaucoup d’autres choses sont des échanges non pas d’informations, mais essentiellement d’énergie. Lorsque des parents âgés se fâchent parce que leurs enfants adultes ne leur écrivent pas, ceux-ci ont l’habitude de réagir en répondant par “ si nous n’avons pas écrit, c’est parce que rien d’important ne nous est arrivé ”. Les parents n’ont pas besoin de “ savoir ce qui se passe ”, seule l’énergie reçue de leurs enfants leur est nécessaire. Est-ce du vampirisme ? Absolument pas, si leur demande d’“ écrire plus souvent ” ne dépasse pas un certain cadre conventionnel. Si en revanche lesdits parents exigent de leurs enfants d’écrire régulièrement et font tout un cirque s’ils ne reçoivent pas de lettre, il s’agit alors là réellement de vampirisme.
Pourquoi est-il tellement fréquent que les grands-parents préfèrent leurs petits-enfants à leurs enfants, qu’ils leur permettent beaucoup plus de choses que leurs parents, et que les petits-enfants soient tant attirés par leurs grands-parents ? Parce que les personnes âgées ont peu d’énergie et qu’elles se rechargent à partir des petits-enfants qui en ont outre mesure et donnent volontiers leur énergie superflue. Est-ce du vampirisme ? Non, c’est une chose normale.
N’importe quelle demande formulée à votre égard est une forme maquillée de réclamation d’énergie. Par exemple, la question “ Pourriez-vous me prêter un peu d’argent ? ” serait à comprendre ainsi : “ Pourriez-vous me donner pour quelque temps une partie, symbolisée par des billets de banque, de l’énergie que vous avez auparavant puisée et que j’aimerais moi-même utiliser ? ” Ou encore la question “ S’il te plaît, va chercher du pain ! ” pourrait se traduire par : “ S’il te plaît, dépense une partie de ton énergie toi-même, et naturellement pour moi ! ” Par contre, la requête du patron disant “ Veuillez, s’il vous plaît, dresser un bilan complet de l’année dernière ! ” doit être comprise non pas comme une demande, mais comme une exigence. En revanche, si nous considérons toutes les demandes comme une forme très légère de vampirisme, toutes les exigences deviennent alors une véritable action terroriste se produisant sous la forme d’extorsion d’énergie.
Lorsque nous travaillons, ceci est également une forme officielle de vampirisme manifestée par l’employeur ou l’État. Car sur notre lieu de travail nous ne faisons pas ce dont nous avons besoin, mais ce dont un autre a besoin. Il est vrai que nous sommes payés pour cela. Le commerce de notre propre énergie est une chose tout à fait normale, acceptée dans le monde entier. Ne prenez pas peur si cette expression vous rappelle la commercialisation du corps. Le travail n’est rien d’autre que de la prostitution d’énergie, indépendamment du fait que vous soyez comptable, médecin, mineur ou chauffeur de bus.
Dans ce cas, quels sont à proprement parler les critères du vampirisme ?
Le vampirisme signifie que par la voie d’un échange d’énergie (soit pour l’essentiel les contacts sociaux), le contact “ endommage l’énergie ” d’une, voire plusieurs parties.
Les vampires – comme tous les hommes – se divisent en types “ solaires ” et “ lunaires ”. Les vampires solaires sont des personnes brûlantes et sèches. Elles se disputent sans cesse le matin avec les membres de leur famille, ensuite dans le bus avec les voyageurs, puis continuent en provoquant leurs collègues au travail, etc. Les vampires lunaires sont d’un ennui mortel, ils ne font que déverser leurs problèmes. Ils ont l’air calme, mais ont une nature de tique, “ nous font partager leurs soucis ”, “ pleurent à chaudes larmes sur notre épaule ”. On a l’impression qu’il est impossible de s’en débarrasser.
Il est évident que celui qui se présente au cabinet d’un spécialiste en médecine naturelle vient aussi pour prendre de l’énergie, indépendamment du fait que ce dernier s’occupe ou non de bioénergie. Tous les patients qui sont assis dans la salle d’attente d’un naturopathe sont des vampires. C’est une chose absolument naturelle et tout à fait acceptable. Donc chaque patient, même s’il ne le sait pas, tente de provoquer un “ dommage énergétique ” au naturopathe. Un bon naturopathe a conscience de cela et se ressource régulièrement en énergie.

Comment savoir si une discussion a provoqué ou non un “ dommage énergétique ” ?

De façon très facile, dans la mesure où nous sommes incapables de ne pas sentir qu’une partie de notre énergie nous a été “ volée ”. N’importe quelle émotion défavorable, n’importe quel sentiment désagréable, n’importe quelle sensation négative que vous ressentez au cours d’une situation donnée est le symptôme d’une action offensive sur votre énergie. Plus ce sentiment est fort, plus l’offensive a été forte et plus a été grande la probabilité d’avoir été destitué d’une certaine partie de votre énergie.
Voici un exemple classique : dans le tram par hasard (même si selon Freud il n’y a point de hasard) on vous écrase le pied. Sur ce, vous (selon un point de vue personnel) dites quelque chose de poli, et recevez en réponse une dose de ce que l’autre pense de votre intervention polie, de votre personne, et particulièrement des membres de votre famille. Comment vous sentez-vous à ce moment-là ? Et bien c’est le même sentiment que vous percevez lorsqu’on vous a volé de l’énergie.
Il est possible que personne ne vous marche sur le pied ou ne vous dise quoi que ce soit. Il suffit qu’une place s’étant libérée vous ayez envie de vous asseoir, et qu’un type vous coiffe au poteau. C’est énervant ? Pas seulement. Ce “ gentleman ”, qui a assurément pressenti votre intention, s’est quand même assis à votre place et vous a ainsi causé un dommage. Même si, à proprement parler, il ne vous a pas lésé du point de vue matériel, il a, de manière cachée, engagé une offensive d’énergie contre vous, c’est-à-dire fait du vampirisme. Vous a-t-il extorqué votre énergie ? Ceci dépend exclusivement de vous.
Personne ne peut vous voler de l’énergie sans votre consentement.
Pour ce faire, posons plutôt la question ainsi : avez-vous déjà donné de l’énergie à une certaine personne ou non ? À partir de cette formulation, vous aurez facilement compris que le don d’énergie ne dépend que de vous. Si vous avez psychiquement réagi à une situation, si vous êtes en colère, que vous éprouvez de la haine face à ce “ crétin ”, c’est que vous avez perdu de l’énergie. Si en revanche vous n’êtes pas particulièrement retourné, ou que vous avez “ classé ” l’affaire, c’est que vous n’avez pas été “ dépouillé ”.

Les enfants sont d’une part des fournisseurs d’énergie (qui d’autre pourrait nous apporter tant de bonheur) et d’autre part de vrais petits vampires. Naturellement, comme chez les adultes, ce n’est pas consciemment qu’ils volent de l’énergie. Mais de quelle manière font-ils cela ? En retenant l’attention des gens. Avec leurs caprices, leurs exigences sensées ou insensées, leur soit-disant non-appétit, avec le fait que même s’ils sont fatigués le soir, ils “ ne veulent pas aller se coucher ”, ou encore qu’ils “ font le jour de nos nuits ”, car lorsque les enfants sont réveillés, n’est-ce pas, personne “ n’a plus le droit ” de dormir – et autres choses similaires. Avez-vous déjà eu l’occasion de rester plus d’une journée seul avec un enfant (en particulier avec celui de quelqu’un d’autre ou, pauvre de vous, plusieurs enfants) ? Si oui, dans quel état étiez-vous ? Parce qu’il dépend de vous si ce petit vampire vous a vidé (vous étiez énervé, en colère, voire vous vouliez le corriger) ou si vous avez donné spontanément ce que demandait ce fragile petit bout de chou en pleine croissance.
Dans la grande majorité des cas, le vampirisme est une action subconsciente. En effet, celui qui engage l’offensive n’a en général aucune idée de ce que signifient bioénergie, vampirisme ou recharge d’énergie. La personne en question se contente d’attendre quelque chose de vous. Généralement, quelque chose que vous n’avez pas envie de donner. Il se peut même qu’elle n’attende rien d’autre que de vous soumettre “ son avis ”, chose qui, “ allez savoir pourquoi ”, vous fait sortir de vos gonds. Ou encore qu’elle se plaigne sans cesse de sa “ vie de chien ” (ce qui vous rend malade). Ou enfin qu’il s’agisse “ uniquement ” du fait qu’elle n’a aucune attention envers vous, alors qu’elle devrait, et l’on pourrait continuer la liste encore longtemps. Ceci étant, si l’on commençait à expliquer à cette personne que ce qu’elle fait, d’un point de vue ésotérique, n’est rien d’autre que de l’agression énergétique, soit sincèrement elle se blesserait, soit (encore une fois sincèrement) elle vous enverrait sur les roses.
Chez un grand nombre de personnes, le vampirisme est un “ état mental ” inconscient, dont il est très difficile de se débarrasser. Il faut savoir que le vampirisme est soit une partie de la personnalité (la guérison dans ce cas est alors sans espoir), soit une habitude ayant de profondes racines (dans ce cas, des résultats peuvent être espérés).
Selon la définition, le vampire est plus faible que nous : il sent qu’il a moins d’énergie et que nous en avons en supplément. Dans la grande majorité des cas, les vampires sont malheureux. Ils souffrent de déficience énergétique, ce pourquoi nous nous en rapprochons (pourquoi en voudrions-nous à ce misérable, quand bien même il nous dénigre). Le Christ a eu des mots différents pour dire la même chose : “ Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente lui aussi l’autre ”.

Méthodes de protection d’énergie

Le plus sûr est de reconnaître l’agression et de ne pas y réagir avec des sentiments. Si nous y faisons abstraction, le processus est alors sans danger. La personne a pendant une seconde au plus un sentiment d’irritation, de vengeance ou de faiblesse. Ce n’est pas l’agression qui est dangereuse, mais la réaction donnée en réponse.

Pour une protection réussie, il vous faut apprendre un principe : le vampirisme d’énergie est un état normal. Sans attaque énergétique, la vie serait ennuyeuse et sans sel. Une fois ce sont les autres qui vous attaquent, une autre fois c’est vous qui attaquez les autres. Si vous vous portez bien, l’attaque ne peut vous causer de dommage. Si vous en avez tout de même subi un, vous devez alors essayer de changer. Sans agression, il n’y a pas de communication réelle, ni d’amour véritable. Une discussion, qu’elle soit entre amis ou scientifique, est toujours une agression, puisque son but est de faire changer la partie adverse. Bon, mais où est le mal dans tout cela ?

Si vous ne souhaitez en aucune façon changer, et en même vous protéger des attaques, suivez le principe fondamental de l’aïkido, lequel art martial ne considère pas l’agression, mais sa “ solution ” ainsi que la manière de la contourner dans le temps.

Si une personne vous expose tous ses problèmes ou se plaint de son sort, écoutez-la jusqu’à la fin (cela lui fera au moins du bien), mais ne commencez pas à compatir ni à vous mettre à la place de votre interlocuteur si vous ne voulez pas donner de votre énergie ! Ne formez pas de résonance avec son énergie malheureuse ! Contentez-vous de recevoir simplement les informations, voire même d’être désolé pour cette personne, mais ne vous laissez pas “ séduire par le serpent ”, qui aimerait provoquer en vous de pouvoir partager le mal en commun. Sur le “ pont ” de notre compassion, notre interlocuteur nous envoie l’énergie de ses problèmes, de ses maladies, pour à la place subtiliser notre énergie saine. N’acceptez pas la corbeille à détritus des autres, car même si vous le faites avec l’intention de l’aider, l’autre jettera dans sa corbeille vide de nouveaux détritus, jusqu’à ce que la vôtre soit complètement remplie de détritus étrangers. Vous devez trouver une autre manière de l’aider. Dans la mesure du possible, tentez de persuader votre interlocuteur de vider lui-même sa corbeille et de ne plus la remplir de nouveaux détritus.

D’un point de vue énergétique, vous serez protégé si vous suivez votre propre égrégor (principe élémentaire de vie). En revanche, si vous “ faites un compromis ” avec votre bonne conscience, à l’endroit où de manière habituelle vous étiez protégé, des trous se formeront brusquement laissant sur vous autant de dommages qu’une équipe de vampires ne pourrait le faire à elle seule.

 

Au moment où vous sentez ou pressentez une attaque énergétique, croisez vos bras et vos jambes.

Si vous êtes assis sur une chaise, posez vos deux mains, paumes vers le haut, sur vos genoux, formez un “ O ” avec l’index et le pouce de chaque main et pointez le reste des doigts en avant. Vous pouvez effectuer cet exercice à l’école, au bureau, partout où se trouvent des sièges et des tables où l’on peut cacher ses mains.

Les lunettes offrent une bonne protection d’énergie, en particulier les verres sombres.

Si vous sentez qu’une attaque vous a touché – disons pendant votre travail (c’est en général le cas des médecins, vendeurs, pédagogues, secrétaires, tous ceux qui communiquent avec des gens) – prenez une douche dès que vous rentrez chez vous. Vous sentirez tout de suite se rétablir votre équilibre énergétique.

De la même manière, le sport intensif – par exemple le tennis, la danse – rétablit la condition énergétique.

Le port d’un talisman, d’une croix, la prière du soir ou du matin, les icônes sont également des protecteurs.

Vous pouvez aussi vous protéger à l’aide de vos facultés d’imagination. Ceci est une bonne protection que de s’imaginer dans une bouteille débouchée (pour que le 7ème chakra puisse être relié au Cosmos).

Si vous vous trouvez en face d’un vampire, imaginez qu’entre vous deux se dresse un miroir qui lui renvoie la mauvaise énergie qu’il dégage.

Si votre élément est le feu, imaginez qu’entre votre interlocuteur et vous se dresse un mur de flammes. Si quelqu’un “ s’enflamme ”, il peut démolir le mur servant de protection. Si votre signe astrologique est verseau, cancer ou poisson, vous pouvez vous protéger avec une cascade d’eau ou en imaginant être assis dans un aquarium où l’eau vous protège de toute part. Si enfin votre élément est la terre, imaginez alors que se dresse devant vous une levée de terre ou un mur de briques.

Finalement, le vampirisme n’est qu’un des programmes psycho-énergétiques de notre cerveau. Nous seuls pouvons apprécier les actions de quelqu’un comme relevant du vampirisme ou d’un comportement tout à fait normal. Nous seuls pouvons juger qu’ils nous volent de l’énergie et par ce biais faire démarrer en nous un “ programme ” psychique négatif. Se protéger des vampires, c’est combattre en réalité des fantômes.

Si nous nous portons bien d’un point de vue énergétique, nous ne devons avoir peur ni des vampires, ni des maladies. Et pour bien se porter, les exercices suivants de yoga peuvent nous aider.

Dr Alexandre Strasny
_______________ Manuel familial des médecines alternatives _______________
Un esprit sain dans un corps sain

Partager cet article

Commenter cet article